Catégorie: Ecriture

Haïkus du métro

Voilà une compilation de haïkus que j'ai écris dans le métro entre 2008 et 2009. 

Atramenta

En général le sieur Alias (Stéphane Gallay donc), est mon principal fournisseur de nouveautés  métalleuses et post-rockantes. Je lui dois la découverte, entre autres, de Shaoling Death Squad, Scepticflesh et Summer Fade Away (pas plus tard qu’aujourd’hui).

Mais la semaine dernière ce post de Stéphane a attiré mon attention sur Atramenta, site francophone qui propose  un service de publication d'œuvres écrites (en ligne, ebook, livre audio et/ou livre papier) ainsi qu’une communauté littéraire en ligne.

Comme ma détermination à écrire des fictions grandit fortement alors qu’approche l’année de la Chèvre (cf. mon post précédent), je suis allé m’ouvrir un compte sur Atramenta, et advienne que pourra ! Si ça peut vous intéresser, ça se passe par là.

Je vais profiter des fonctionnalités de partage d'Atramenta pour insérer sur ce blog les textes que je met en ligne là bas.

Saine lecture scénaristique

Ça fait un moment que je voulais m'attaquer à quelques bouquins sur l'écriture et les scénarios.

Il y deux ans j'ai lu Ecriture de Stephen King, qui est une bonne petite claque en terme de conseils d’écriture. Ce livre a fait très mal à quelques romans que j’ai lu après lui.

Là je viens de m’attaquer à un pavé conséquent : Anatomie Du Scénario de  John Truby. Je n’en suis même pas au quart et je suis déjà heureux d’avoir enfin sauté le pas. Ce bouquin est en train de m’ouvrir les yeux sur pas mal de choses en termes de construction d’histoires. Un bon indicateur de son effet : de veilles idées de romans ou de nouvelles que j’avais dans un coin de la tête sont en train de s’agiter furieusement. Je crois qu’elles ont envie de sortir.

Serait-ce le premier vrai pas vers le passage à l’acte. J’espère.

Opération Love Is All

La premier jet du texte qui suit a été rédigé d'une traite dans le train, le 14 février 2014 (qui était pluvieux).

La version maintenant en ligne a été corrigée et très légérement modifiée en février 2015 puis mise en ligne sur Atramenta.

Duel d’ego

Dans la rue presque déserte deux combattants se font face. La population inquiète s’est réfugiée dans les échoppes et les auberges. Rien ne bouge, si ce n’est les bouquets de bambous et les oriflammes agités par le vent.

La tension monte, inexorablement.

La sueur perle sur le front des adversaires.

L’un d’eux brise enfin le silence : « je suis l’Aigle furieux ! Mon art du combat est sans égal ! Mon poing brise les pierres et mon regard anéanti la volonté de mes ennemis ! »

L’autre ne bronche pas.

« Hors de mon chemin, hurle l’Aigle furieux, sinon tu goûteras à l’attaque de la serre d’acier ! Elle est mortelle et imparable ! Grace à elle je peux te terrasser d’une seule main en quatre battements de cœur. »

L’autre soupire. Est-ce de la peur ?

Il montre son index et s’adresse enfin à l’Aigle furieux :

« Si tu le prends comme ça, moi je peux te vaincre avec ce doigt seulement. Qu’en dis-tu ? »

Un éclat de rire lui répond :

« Je n’ai jamais rien entendu d’aussi stupide ! Si tu crois que… [BLAM !]

La détonation fait s’envoler un groupe de colombes. L’Aigle furieux s’effondre, une balle dans la tête. En un éclair son adversaire a dégainé un revolver. Lentement il retire son index de la détente.

« Et dire que je voulais juste prendre un repas chaud et un thé. » murmure t-il avant de tourner les talons et quitter le village.