Borderlands XIXème siècle

J'avais besoin de me sortir ce jeu de mots débile de la tête

The Lego Movie

Mes attentes
- un film drôle avec des lego dedans et un scénario pas trop foireux.
- je suis allé voir le film quelques jours après sa sortie. J'avais donc lu plusieurs avis très enthousiastes, ce qui avait engendré quelques espoirs que j'espérais ne pas voir déçus.

 Nombre de visionnages : 1

Attention : quelques petits spoilers

 Scénario 
[:)][:)]
En cours de visionnage j'ai commencé à avoir des doutes sur la qualité du scénario. Je lui trouvais pas mal d'incohérences qui me gênaient. Ces inquiétudes ont été balayées par le dernier acte du film, qui remet tout d'équerre et en perspective.

Personnages
[:)][:)]
Ils sont globalement drôles ou émouvants. La multiplication des perso issus des nombreuses franchises déclinées en Lego marche bien je trouve. Cela permet d'avoir plein de personnages secondaires instantanément caractérisés. Et ça permet pas mal de gags bien drôles.

Réalisation
[:)]
Globalement correcte.

Images
[:)][:)][:)]
Visuellement c'est très impressionnant.

Action
[:)]
Les scènes d'actions sont sympa, essentiellement parce qu'elles restent dans le ton humoristique de l'ensemble.

Emotions
[:)][:)][:)]
Ayant grandi avec des lego j'ai eu beaucoup de moments de nostalgie émerveillée, mais c'est dans son dernier acte que le film m'a filé une bonne claque émouvante. Je ne m'attendais pas à ça.

Fun [focus]
[:)][:)][:D]
Les gags et idées drôles n'arrêtent presque jamais. A certains moment c'était à la limite du "too much", mais en y repensant ; non c'était le bon dosage.

Immersion
[:)]
En raison de ma première impression concernant le scénario (voir plus haut), j'ai eu un peu de mal à complétement rentrer dans le film pendant un bon moment. Au final ça c'est réglé, donc je pense que lors du prochain visionnage je serai à fond dedans.

Réflexion
[:)][:)]
Il y a de chouettes idées traitées dans le film : le rapport nostalgique des adultes avec les Lego de leur enfance, la frontière entre le jouet et l'objet de collection, etc.
On peut aussi y trouver une petite critique de la politique actuelle de Lego, avec ses gammes très cloisonnées et des jouets qui relévent plus de la maquette en puzzle que de l'ensemble de pièces réutilisables. 

Mes +
- Le scénario m'a piégé... mais il l'a bien fait. Je l'ai pris trop au sérieux au début alors que je n'aurais pas dû.
- Benny et Unikitty. Le premier pour le facteur ultra-nostalgie et la seconde parce qu'elle très drôle.

Mes -
- Les plans "3D-dans-ta-face"

Score : 18/20

Conclusion :
C'est un film à voir.  On est dans la droite ligne de Toy Story avec l'argument Lego en plus. Comme les Lego ont été le jouet majeur de ma jeunesse je suis comblé.

Fiche sur IMDB


Opération Love Is All

La premier jet du texte qui suit a été rédigé d'une traite dans le train, le 14 février 2014 (qui était pluvieux).

La version maintenant en ligne a été corrigée et très légérement modifiée en février 2015 puis mise en ligne sur Atramenta.

Robocop 2014

Mes attentes vis à vis de ce film
Pas grand chose.  La plupart des remakes récents de films des années 80 m'ayant laissé un sentiment mitigé, voire pire. Je suis donc allé voir ce RoboCop avec prudence mais sans a priori négatif.

Nombre de visionnages : 1

Attention : cette critique contient des spoilers.

Scénario (focus)
[:)][:D]
C'est une bonne surprise. Le scénariste a choisi une approche assez différente de celle du RoboCop 87. Pour moi c'était la chose à faire. L'histoire est en phase avec des problématiques actuelles et développe des thématiques que je trouve intéressantes. Il y a des faiblesses mais pas suffisament pour que ça me gâche le plaisir.

Personnages
[:)]
C'est inégal. Certains sont bien fichus (Sellars, Novak, Norton et Murphy) mais criminel en chef de service (Vallon) manque de charisme et ne semble pas avoir la place qu'il pourrait mériter. Norton m'intrigue, je lui trouve une ambiguïté intéressante.

Réalisation
[:)]
Globalement correcte mais les scènes en mode camera à l'épaule m'ont déplu.

Images
[:)]
Le mecha design me plait beaucoup,  y compris celui du robocop. A côté de cela le film est visuellement calibré et les environnements n'ont pas énormément de personnalité.

Action
[:)]
Certaines scènes d'action ne m'ont pas emballées, essentiellement celles impliquant Vallon et ses sbires. Les scènes de combat impliquant des robots sont plus sympa.

Emotions
[:)]
Les interactions entre Murphy et sa famille sont intéressantes mais pas bouleversantes. La scène qui m'a le plus impressionnée est celle où l'on découvre l'étendue de la portion biologique de Murphy.

Fun
[:)]
On est loin du délire acide et très 80th du RoboCop 87. Pour moi les moments de fun étaient dans les émissions de Novak, à la fois complètement craquées et très tragiquement crédibles.

Immersion
[:)]
La scène d'introduction m'a fait directement entrer dans le film. Après cela quelques passages m'ont fait tiquer mais jamais assez pour sortir du film. Le fait que l'histoire soit très différente du film de 87 m'a bien aidé à le regarder en faisant abstraction de l'original.

Réflexion
[:)][:)]
Un petit portrait acide de l'impérialisme américain, des médias de propagande et de la manipulation de l'opinion. Je suppose qu'on peut regarder le discour pro-américain de Novak au premier degré, mais
J'ai bien aimé aussi la manière de traiter le rapport de Murphy à sa cybernetisation, en bonne partie parce que cela me renvoie à mes questionnements personnels que le sujet.

Mes +
- la scène où l'on découvre l'étendue des reste biologiques de Murphy.
- Le fait que Murphy réussite à surpasser les blocages psychologiques imposés par son logiciel. C'est une bonne idée car cela fait partie des éléments de différentiation forte d'avec son modèle et, surtout, parce que cela marque de manière nette la victoire de Murphy vis à vis de sa déshumanisation.

Mes -
- La sensation que certains pans du scénario auraient pu être bien mieux traités. Essentiellement tout ce qui tourne autour de Vallon et sa bande.

Score : 13.5/20

Conclusion :
Ce RoboCop est très éloigné de son modèle, ce qui est à mon sens une bonne chose. Cela lui donne de l'espace pour développer sa propre personnalité. Comme le 13eme guerrier en son temps j'ai l'impression que c'est un film qui a souffert de l'ingérence de producteurs indélicats. Sans cela ce film aurait pu être meilleurs mais il n'empêche que pour moi, de tous les remakes de films d'action des années 80 qu'on nous ait servi ces dernières années c'est le mieux fichu.

Fiche sur IMDB

En cherchant une photo je suis tombé sur cet article que je trouve assez intéressant :
Original RoboCop starkly prophesied present


Trop de +1